Mogadiscio se prépare à une bataille suite aux menaces d'un chef islamiste

MOGADISCIO (AFP) — Les forces pro-gouvernementales somaliennes soutenues par le contingent africain et les insurgés islamistes se préparaient à une bataille décisive à Mogadiscio, où un chef des islamistes a exhorté jeudi le chef de l'Etat à démissionner pour éviter un nouveau bain de sang.
MOGADISCIO (AFP) — Les forces pro-gouvernementales somaliennes soutenues par le contingent africain et les insurgés islamistes se préparaient à une bataille décisive à Mogadiscio, où un chef des islamistes a exhorté jeudi le chef de l'Etat à démissionner pour éviter un nouveau bain de sang. Des dizaines de personnes ont été tuées dans la capitale depuis le lancement le 7 mai d'une offensive contre le président Sharif Sheikh Ahmed, un islamiste modéré, par les insurgés islamistes radicaux, avec à leur tête les combattants de cheikh Hassan Dahir Aweys M. Aweys et le groupe des shebab. "J'appelle cheikh Sharif Sheikh Ahmed à abandonner son poste autoproclamé de président afin d'épargner les vies des Somaliens", a déclaré par téléphone à l'AFP cheikh Hassan Dahir Aweys. "Nous n'avons pour ainsi dire pas de vrai gouvernement, mais des marionnettes étrangères qui se proclament responsables de la Somalie", a-t-il ajouté. Ce chef islamiste radical, qui entretient des liens avec Al-Qaïda d'après Washington, a été en outre accusé mercredi par l'envoyé spécial de l'ONU pour la Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah, d'avoir mené "une tentative de coup d'Etat" ces derniers jours. Le gouvernement contrôle uniquement quelques rues et immeubles de Mogadiscio, ainsi que des points stratégiques comme la présidence, des bâtiments administratifs, le port et l'aéroport. Jeudi, les insurgés, avec dans leurs rangs de très jeunes adolescents, se sont déployés à proximité du palais présidentiel et d'institutions publiques, dans un face à face tendu avec les forces gouvernementales et la mission de paix de l'Union africaine (UA) en Somalie (Amisom). "Nous savons qu'ils (les insurgés) ont déployé beaucoup de combattants et qu'ils se préparent à leur attaque finale, mais ils ne gagneront jamais", a déclaré à l'AFP le colonel Ahmed Dahir, des forces gouvernementales. L'Amisom, forte de 4.000 soldats ougandais et burundais et qui dispose de matériel lourd - chars, artillerie -, affichait également sa confiance. "Leurs intentions sont claires, ils ne veulent pas la paix et la violence est leur mode de vie. Mais ils ne réussiront pas", a assuré à l'AFP le porte-parole de l'Amisom, Bahuko Baridgye. Ces derniers jours, l'Amisom a renforcé ses positions d'artillerie dans la ville, selon des habitants qui, terrorisés à l'idée d'une nouvelle bataille au canon, continuent de fuir la capitale, détruite par 18 ans de guerre. "Il n'y a pas d'espoir de paix à Mogadiscio. Nous voyons que les islamistes préparent une attaque contre le palais et j'ai vu les soldats de l'Amisom déployer des renforts et de l'artillerie", témoignait Farah Sahal, père de deux enfants, avant de quitter la ville avec quelques effets personnels. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s'est déclaré "profondément inquiet" du sort des civils. "Les Somaliens ont de nouveau été sujets à des souffrances insupportables", a souligné le chef de délégation du CICR en Somalie, Pascal Mauchle. Dans l'interminable guerre civile marquée par d'incessants renversements d'alliances, cheikh Aweys et l'actuel président étaient alliés lorsqu'il dirigeaient les tribunaux islamiques, qui contrôlaient au second semestre 2006 la majeure partie du sud et du centre de la Somalie, dont Mogadiscio, avant d'être mis en déroute par l'armée éthiopienne début 2007. M. Ahmed avait ensuite rejoint le processus de réconciliation supervisé par l'ONU, et a été élu en janvier président. M. Aweys a toujours rejeté ce processus et promis de combattre jusqu'au départ de l'Amisom.

Somalie

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site