les talibans gagnent encore du terrain dans le nord-ouest

[b]Les talibans de la vallée de Swat, dans le nord-ouest du Pakistan, continuent de gagner du terrain dans un district voisin, à une centaine de km d'Islamabad, en violation d'un récent accord de paix avec le gouvernement, très critiqué dans les capitales occidentales.[/b]
[img]http://www.24heures.ch/files/imagecache/468x312/depeches/d2d0fcd_0.jpg/img] © AFP | Des montagnes au Pakistan. Des centaines de ces combattants islamistes liés à Al-Qaïda et aux talibans afghans sont entrés depuis quelques jours dans le district de Buner, adjacent de celui de Swat, à 110 km de la capitale pakistanaise où ils se sont notamment emparés de bâtiments officiels, d'ONG et de mosquées, ont confirmé à l'AFP plusieurs officiers des forces de sécurité locales, sous couvert de l'anonymat. Ils ont installé des barrages routiers sur des axes stratégiques, ont-ils ajouté. Ce sont ceux-là mêmes qui dans la vallée de Swat ont signé en février un accord de cessez-le-feu, transformé la semaine dernière en accord de paix avec le gouvernement en échange de l'instauration de tribunaux islamiques. Les talibans de Swat avaient promis de cesser les combats -comme l'a fait l'armée- mais refusé de déposer les armes comme l'exige le gouvernement. Un de leurs porte-parole a même promis de continuer de lutter pour l'application de la charia, la loi islamique, au-delà de Swat, puis dans toute la République Islamique du Pakistan, seule puissance nucléaire militaire du monde musulman. L'accord de paix est considéré comme une capitulation par plusieurs capitales occidentales, Washington au premier rang, dont Islamabad est l'allié-clé dans sa "guerre contre le terrorisme" depuis fin 2001. "Les talibans venus de Swat ont intensifié leurs patrouilles" dans le district de Buner, "interdit la musique dans les transports publics et saccagé des bureaux d'ONG avant de voler leurs véhicules", a reconnu au téléphone Rashid Khan, haut fonctionnaire du gouvernement de la Province de la Frontière du Nord-Ouest (NWFP). "Le gouvernement a tenu ses promesses et les talibans doivent désormais déposer leurs armes", a déclaré à l'AFP Mian Iftikhar Hussain, ministre de l'Information du gouvernement provincial. "Les actes des combattants islamistes à Buner violent l'accord de paix", a-t-il ajouté, tout en assurant qu'ils n'en ont pas encore pris le contrôle. "Aucun responsable du gouvernement n'a quitté le district", a-t-il affirmé, contredisant les médias pakistanais qui rapportent tous le quasi-abandon du district par les autorités locales. Le nord-ouest du Pakistan, en particulier les zones tribales frontalières avec l'Afghanistan, est devenu, ces dernières années, le bastion des talibans qui ont aidé Al-Qaïda à y reconstituer ses forces et les talibans afghans à y installer des bases arrières pour leur insurrection contre le gouvernement de Kaboul et les forces internationales qui le soutiennent. Les Etats-Unis y multiplient ces derniers mois les tirs de missiles ciblant des combattants d'Al-Qaïda locaux mais l'armée pakistanaise, qui dit y avoir perdu près de 2.000 soldats depuis fin 2001, semble vouloir privilégier la négociation dans certains districts. Le gouvernement a invoqué la nécessité de rétablir la paix pour justifier l'accord de la vallée de Swat, autrefois le site touristique le plus prisé du pays mais aux mains, depuis l'été, 2007 des talibans qui y multiplient les exécutions sommaires et détruisent les écoles accueillant des filles.

Pakistan

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site