Nigeria : les affrontements entre police et islamistes font plus de 100 morts

Destructions dans la région de Bauchi.

Les autorités nigérianes s'efforcent de rétablir le calme, mardi 28 juillet, dans les provinces de Bauchi, Borno, Kano et Yobe, dans le nord-est du pays. Les violents affrontements qui opposent depuis dimanche les forces de l'ordre à des membres du groupuscule islamiste Boko Haram ont fait une centaine de morts dans la capitale de l'Etat de Borno, Maïduguri, d'après des témoins cités par l'AFP. Le Guardian nigérian parle même de 157 morts.

"D'après ce que nous avons vu, il y aurait plus de cent corps amenés dans la cour du commissariat", a affirmé l'un des témoins, qui travaille pour une radio locale. Maïduguri, où policiers et militaires recherchent toujours des militants islamistes, a été placée sous couvre-feu de 19 heures à 6 heures du matin.

Selon la police, les violences dans le nord du Nigeria ont éclaté dimanche matin, quand la police a déjoué une attaque prévue par les islamistes – qui se réclament des talibans d'Afghanistan – contre l'un de ses postes, dans l'Etat de Bauchi. Elles se sont ensuite propagées dans la région.

INSTAURER UN ÉTAT "ISLAMIQUE PUR"

Le mouvement islamiste, composé essentiellement d'étudiants ayant abandonné leurs études, a pris naissance en 2002 à Maïduguri. Il s'est connaître en janvier 2004 en établissant saon campement baptisé "Afghanistan" dans le village de Kanamma, dans l'Etat de Yobe, à la frontière avec le Niger. Le mouvement comptait alors quelque 200 membres, dont des femmes. Sa taille actuelle n'est pas connue.

A l'instar de l'ancien régime taliban en Afghanistan, les "talibans" du Nigeria veulent instaurer un Etat "islamique pur" dans le nord du pays. Dans un entretien avec l'AFP en 2005, l'un de leurs dirigeants, Aminu Tashen-Ilimi, avait indiqué que le groupe entendait mener une insurrection armée et nettoyer la société de l'"immoralité" et de l'"infidélité". Depuis sa création, le mouvement se heurte régulièrement aux forces de l'ordre et mène des attaques sporadiques, généralement contre des postes de police.

"Les spécialistes de la région voient plutôt ces groupuscules comme des sectes, sans véritable visée politique. Les autorités nigérianes parlent de leur côté d'une organisation de fanatiques, et elles se disent déterminées à identifier et arrêter leur leaders, et à détruire leurs enclaves, où qu'elles se trouvent", précise RFI sur son site Internet.

Le président Umaru Yar'Adua a ordonné lundi soir aux agences nationales de sécurité de"prendre toutes les mesures nécessaires pour contenir et repousser les attaques". Selon la présidence, il a ordonné en particulier que la sécurité soit renforcée dans tous les Etats voisins et que les forces de sécurité s'y placent "en alerte totale".

Google Map montrant les trois Etats du nord-est du Nigeria touchés par les violences.

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2009/07/27/des-affrontements-avec-des-islamistes-font-des-dizaines-de-morts-au-nigeria_1223234_3212.html#ens_id=1207788

 

nigeria

Commentaires (1)

1. seotons (site web) 31/01/2011

Merci pour l'article :)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×