Les soldats US quitteront les villes la semaine prochaine

A quelques jours du départ des unités américaines des villes irakiennes, le pays connaît un regain de violence.

Plus de 200 morts en une semaine. C’est le triste bilan de la vague de violence qui marque le départ des soldats américains des villes d’Irak. Le 30 juin, six ans après la chute de Saddam Hussein, les 500.000 policiers et 250.000 militaires irakiens prendront en main la sécurité dans les villes, pendant que les 130.000 militaires américains se regrouperont dans des bases hors des agglomérations, conformément à l’accord de sécurité signé l’an dernier entre Bagdad et Washington.

A partir de cette date, un Comité de coordination des opérations militaires conjointes, placé sous l’autorité du ministre irakien de la Défense, devra être sollicité pour qu’une unité américaine parte en opération. Si la violence semble avoir quelque peu diminué, avec un mois de mai qui a été le moins meurtrier depuis l’invasion conduite par les Etats-Unis en 2003, la situation est loin d’être totalement stabilisée.

En témoignent les attentats perpétrés ces derniers jours. Hier, au moins treize personnes ont été tuées, et 54 autres blessées, par l’explosion d’une moto sur un marché du centre de Bagdad. Un mode opératoire semblable à celui utilisé mercredi dans le quartier chiite de Sadr City, où l’explosion d’une moto avec une remorque remplie d’explosifs couverts par des légumes avait fait 62 morts, dont nombre de femmes et d’enfants, et 150 blessés sur un marché.

Samedi dernier, ce sont 72 personnes qui avaient péri dans la province de Kirkouk, à 250 kilomètres au nord de Bagdad. Un kamikaze avait fait exploser son camion bourré d’une tonne d’explosifs, ravageant le centre de la localité de Taza et détruisant plus de 80 maisons.

Départ achevé en 2011

Les autorités irakiennes sont conscientes que les insurgés, bien qu’affaiblis, entendent faire dérailler le processus de passation des pouvoirs.

« Les forces irakiennes ne sont pas assez organisées, ni disciplinées, et si les Américains partent il se produira un vide sécuritaire », assure Majid Chaab Ahmad, 49 ans, ancien agent de renseignement.

La majorité des troupes ont pourtant déjà quitté les cités selon le général Odierno, plus haut gradé américain en Irak. Selon lui, la nouvelle tâche de ses troupes consiste désormais à entraîner et à conseiller les forces irakiennes, afin qu’elles soient prêtes à la fin de l’année 2011, quand l’armée américaine quittera totalement l’Irak.

 

http://www.francesoir.fr/etranger/2009/06/27/irak-les-soldats-us-quitteront-les-villes-la-semaine-prochaine-les-terroristes-saluent-dans-le-sang-le-depart-des-americains.html

Retrait

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site