Al Qaïda appellerait à venger les Ouïghours

La situation reste tendue à Urumqi, la capitale du Xinjiang, théâtre de nouveaux incidents. Lundi, la police a tué deux Ouïghours et les policiers anti-émeute restent déployés dans le quartier musulman. Al Qaida se manifeste.

Huit jours après les émeutes qui ont fait officiellement 184 morts et plus de 1600 blessés, la situation est toujours tendue et marquée, ce matin, par des menaces d'Al Qaida contre les intérêts chinois. C'est une première.

C'est un journal de Hong Kong, le South China Morning Post qui révèle le contenu d'un rapport d'un cabinet d'analyse à Londres selon lequel Al Qaida au Maghreb islamique, implanté en Algérie, appelle à des représailles contre les intérêts chinois. Il s'agirait de venger les victimes de la minorité musulmane ouïghoure tuées lors de violences dans le Xinjiang, en Chine.

C'est la première fois qu'Al Qaida menace des intérêts chinois alors que des centaines de milliers de Chinois travaillent au Proche-Orient, en Afrique du Nord (50 000 à Alger) ainsi qu'en Afrique noire. Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères vient de déclarer que la Chine prendra toutes les mesures pour protéger ses ressortissants à l'étranger.

De la "compréhension" pour Pékin

Le gouvernement chinois exhorte aussi le monde musulman à la compréhension au sujet des émeutes au Xinjiang qui visaient, selon Pékin,"à saboter l'unité ethnique nationale". La Chine rejette également les accusations du Premier ministre turc Recep Erdogan qui parlait "d'une sorte de génocide"contre les Ouïghours, minorité turcophone, présente aussi en Turquie.

Les Ouïghours sont près de 10 millions aujourd'hui en Chine, 3 fois plus nombreux qu'il y a 60 ans, donc il n'y a pas de "génocide  ethnique" disent les Chinois. Quant aux Ouïghours eux-mêmes, comme les Tibétains, ils se plaignent d'oppression politique et religieuse et d'une sinisation massive de leur région, hautement stratégique pour Pékin et riche en ressources naturelles.

Des Ouïghours en lien avec Al Qaida ?

Le lien avec Al Qaïda, souvent mentionné par Pékin, est-il réel ? Pour les spécialistes, la réponse est affirmative mais doit être nuancée. Dans la propagande du Parti islamique du Turkestan (ETIM), on retrouve des méthodes et des discours de propagande utilisés par Al Qaïda. Mais ces djihadistes sont en nombre très limité.

En 2008, lorsqu'un attentat avait secoué Kashgar à la veille des jeux olympiques de Pékin, on estimait le groupe armé à une quarantaine d'activistes, passés par les camps d'entraînement en Afghanistan. La menace terroriste est donc elle aussi très limitée.

Ils pourraient cependant trouver une oreille compréhensive au sein de la population ouïghoure. Car après la répression au Xinjiang dans les années 1990, de nombreux Ouïghours ont développé une véritable xénophobie envers les Chinois de l'ethnie han, devenus majoritaires dans l'ex-Turkestan oriental en raison de la politique de sinisation menée par les autorités centrales chinoises.

En plus de l'Afghanistan, ces activistes auraient également des liens avec l'islamisme centrasiatique ouzbèke.

Le terrorisme à la rescousse du discours officiel chinois

Après avoir longtemps nié l'existence d'un terrorisme d'inspiration djihadiste ou nationaliste au Xinjiang, le pouvoir chinois s'est rendu compte, au lendemain du 11 septembre, qu'il pouvait capitaliser certaines sympathies, voire s'attirer une attitude compréhensive de la part des Etats-Unis et d'autres pays occidentaux si sa lutte contre le séparatisme ouïghour pouvait être qualifiée de lutte anti-terroriste.

Nicolas Béquelin, chercheur à la division Asie de l'ONG Human Rights Watch le soulignait dans une interview donnée à Libération.fr  le 9 juillet dernier : "Au Xinjiang, comme au Tibet, la moindre dissidence pacifique est considérée comme équivalente aux actions terroristes et séparatistes. Toute position en faveur de l'autonomie est considérée comme une atteinte à la sûreté de l'Etat, et il est aussi dangereux de poser des bombes que de publier un poème allégorique sur la culture ouïghoure... ".

Dans cette mesure, et s'il devait être confirmé, l'éventuel appel d'Al Qaïda révélé par le South China Morning Post pourrait être, pour Pékin, une sorte de pain béni.

 

http://www.rtbf.be/info/monde/asie/xinjiang-al-qaida-appellerait-a-venger-les-ouighours-125464

Xinjiang

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site