Les talibans lancent l’opération “Filet de fer”


Les insurgés espèrent que les soldats américains vont se prendre les pieds dans le fil qu’ils ont décidé de dérouler lundi.
Le porte-parole des talibans, Yousuf Ahmadi, a déclaré lundi qu’ils avaient lancé une opération de guérilla, baptisée « Filet de fer », pour mettre en échec les avancées de l’armée américaine. Celle-ci est face à un ennemi dont « les combattants, c’est la population », toujours selon au dire du porte-parole taliban. Cependant le déploiement américain continue dans la région d’Helmand, au sud de l’Afghanistan L’armée a pour objectif de casser le commandement des talibans, de désorganiser leurs circuits d’approvisionnement et de les empêcher de se réunir. Selon le chef d’état-major interarmées américain Michael Mullen, « les soldats sont assez nombreux pour prendre le terrain aux activistes et le conserver ». Depuis jeudi, quelque 200 soldats n’ont cessé d’affronter les talibans qui n’ont opposé jusqu’ici qu’une maigre résistance. Néanmoins, les attaques éclair des insurgés se poursuivent et les victimes se multiplient. Un nouveau soldat britannique a été tué dans une explosion ; c’est le cinquième depuis le début de l’opération « Griffes de panthère » lancée le 23 juin par la Grande-Bretagne dans la même région. Quatre soldats de la force internationale de l’Otan et deux civils ont également été tués lundi par l’explosion d’une bombe. L’amiral Mullen a donné pour instruction au commandant en place, le général McChrystal, de « dire ce dont il avait besoin » pour mettre fin au plus vite à l’insurrection talibane.

Des armes prise en butin aux Américains

Disposant de peu de moyens, les rebelles attaquent les postes de sécurité isolés avec le but de voler de la nourriture et des armes. Les talibans, au nombre estimé entre 10.000 et 18.000, savent que leurs ennemis sont plus nombreux et mieux équipés. En ce qui concerne leur stratégie, Yousuf Ahmadi a ajouté : « Nous n’allons pas les affronter directement », mais utiliser des bombes artisanales et mener des « attaques éclair ». Leur tactique est de rester invisibles et de procéder à des petites frappes isolées avec des bombes télécommandées, permettant ainsi de faire reculer les assaillants. Le commandant de l’opération « Dague » a lui-même affirmé que les talibans « se cachent », posent des bombes et des mines.

En quête de rançon

Par ailleurs, 16 employés afghans de l’ONG Health Net International et de Mine Detection and Dog Centre, sous contrat avec l’ONU, ont été kidnappés ce week-end alors qu’ils neutralisaient des mines dans les provinces de Khost et de Paktia, a-t-on appris hier. L’enlèvement n’a pas été revendiqué, mais ce n’est pas rare que les talibans (et parfois d’autres groupes) utilisent ce procédé en quête de rançon. Les démineurs qui travaillent dans des zones reculées y sont plus exposés. Les deux tiers du pays ont déjà été déminés. L’amiral Muller a affirmé « vouloir fournir tous les moyens nécessaires pour arriver au point où la sécurité permet de lancer les bases économiques ». La première offensive majeure américaine menée contre les talibans depuis l’élection d’Obama continuera à causer beaucoup de dégâts humains et matériels mais, toujours selon le chef de l’état-major Michael Mullen, « nous allons reconstruire dans la foulée ».

Djihad

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site