Les talibans font de la résistance

Tout en affirmant « ne pas avoir vraiment engagé le combat » contre les troupes de la coalition, les insurgés multiplient les attentats et les attaques.


L’armée américaine a poursuivi hier sa vaste opération engagée contre les talibans dans la région d’Helmand, dans le sud de l’Afghanistan. Les troupes de choc du 8e régiment d’infanterie se sont engagées contre les insurgés à Mian Pushta, un carrefour routier et fluvial. L’armée américaine avance peu à peu, retardée par les mines et les redoutables IED, ces engins explosifs improvisés, disposés le long des routes. « La tactique de l’ennemi consiste à lancer deux fausses attaques de deux endroits différents, puis une vraie d’un troisième point. Ils se déplacent de façon incessante, cela peut donc venir de n’importe où », a déclaré le commandant Dan Gaskell. Par ailleurs, depuis quelques jours, les rebelles se sont fortement mobilisés et les affrontements se multiplient. Plusieurs attentats à la bombe ont eu lieu dans différentes régions, faisant des dizaines de victimes.

Sept policiers afghans ont péri dans l’explosion d’une bombe placée en bordure de route dans la province de Kandahar, au sud. Le ministère britannique de la Défense a de son côté confirmé la mort de deux de ses soldats au cours de deux incidents distincts alors qu’ils étaient en mission dans la province d’Helmand. Les pertes chez les civils sont estimées à six, toutes victimes d’attentats à la bombe télécommandée.

La nouvelle stratégie Obama

L’opération baptisée « Khanjar » (« coup de poignard » en dari, la langue la plus usitée dans le pays) a débuté jeudi 2 juillet, en parallèle à l’opération « Griffe de panthère » menée par l’armée britannique depuis le 23 juin dans la même région. L’objectif est de stabiliser les régions du Sud avant les élections présidentielle et provinciales du 20 août prochain et d’installer des postes permanents pour l’Armée nationale afghane (ANA). Selon le général Nicholson, commandant de l’opération américaine, ses hommes sont « engagés dans un sacré combat ». La région d’Helmand est la plus grande province d’Afghanistan, productrice d’opium, qui est une grande ressource financière du réseau rebelle.

Quelque 4.000 marines, et 500 policiers et soldats afghans sont déployés dans les districts de Gamser Nawa et de Khanishin, où le gouvernement local des talibans est installé. Du côté des insurgés, Yousuf Ahmadi, porte-parole des talibans, a affirmé « ne pas avoir vraiment engagé le combat contre les marines », tout en clamant que ses troupes ont tué « 17 soldats étrangers ». Les rebelles, chassés du pouvoir en 2001, se sont réorganisés et mènent depuis une insurrection de plus en plus sanglante. Le « coup de poignard » que porte actuellement l’armée américaine vise donc à éradiquer les sanctuaires talibans dans le sud du pays, aux frontières du Pakistan. En cela, l’opération, d’une ampleur sans précédent, s’inscrit dans la nouvelle stratégie du Pentagone, validée par l’administrationBarack Obama et résumée sous le vocable « Af-Pak », pour Afghanistan-Pakistan. En clair, même si les combats se déroulent sur le sol afghan, la guerre contre les talibans ne saurait être gagnée sans une action coordonnée et déterminée dans le pays voisin.

 

http://www.francesoir.fr/etranger/2009/07/06/afghanistan-taliban-resistance.html

Djihad

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×